Oumou Sangaré plus forte avec Yere Faga

Oumou Sangaré est de retour avec son nouvel album Mogoya sortit ce 19 mai.Yere Faga, un des titres de son album expose une douleur.

Oumou Sangaré, femme à multiples casquettes

Femme forte, Oumou Sangaré, je te rend hommage à travers cet article. Diva mandingue, chanteuse, femme d’affaires, féministe : tu as tout pour toi. Tu es un exemple à suivre. Commencer enfant par vendre des bouteilles d’eau au marché. Puis, finir par faire des scènes internationales. Ma foi, quel destin ! Mon confrère Mondoblog Michouthe, dresse un portrait bien détaillé de la chanteuse malienne.

Oumou Sangaré a aucun défaut. Si ce n’est un. Ce défaut qui fait des ravages chez les femmes africaines. Principalement. Mais pas que. Ce défaut sévit aussi le continent asiatique. On le nomme l’éclaircissement de la peau. D’ailleurs, j’en parlais dans mon ancien blog Kany&Cie avant de faire désormais partie de la communauté Mondoblog :). Du teint couleur noire ébène au teint clair Oumou a mis tchatcho* ! Oh, que j’ai été déçue ! Elle qui prône les valeurs de la femme noire. Elle qui dit sans cesse que la femme africaine doit s’assumer … Quelle paradoxe ! Cependant, je te pardonne Oumou. J’ai en effet constaté que tu as arrêté les produits éclaircissants dans ton dernier clip Yere Faga.

 

Yere Faga, une chanson pleine d’espoir

Souvent on dit que la piraterie tue l’artiste. Les rumeurs peuvent-elles aussi tuer l’artiste ?

Yere Faga, ma chanson coup de cœur l’évoque en autres. Yere Faga signifie se tuer en bambara. On pourrait le traduire en bon français par se suicider. Dans cette chanson, Oumou Sangaré explique que face aux aléas de la vie, la mort n’est pas la solution. Le suicide ne guérit pas face aux maux. Le suicide n’est pas la clé face aux souffrances que nous infligent les autres. Après huit années d’absence, la star malienne  semble revenir plus forte, en traitant les relations humaines. D’où le nom de son album Mogoya qui signifie les relations humaines.

Un couplet a retenu toute mon attention dans cette chanson. J’ai essayé de le traduire du bambara au français pour que vous compreniez :

L’avez-vous vu ? Je ne me suis pas suicidée !

Vous l’avez pas entendu ? Je ne me suis jamais tuée !

Ils ont raconté toutes choses négatives à mon sujet mais, je ne me suis pas suicidée.

Ils ont dit que je prenais de la drogue. Des mensonges me concernant, mais Oumou ne s’est pas tuée.

Ils ont dit que j’ai tourné dans du porno. Mais me suis-je suicidée ?

Ils ont raconté toutes choses négatives à mon sujet, mais je ne me suis pas tuée.

Ce couplet m’a interpellé. Effectivement, la rumeur disant qu’Oumou Sangaré aurait tournée dans un film porno était malheureusement l’une des discussions de ma mère et ses copines lorsque j’étais au collège. Cette rumeur était d’une grande ampleur, comme l’évoque Libération en 2014 :

En 2004, le «scandale Oumou Sangaré», au sujet d’un film porno dans lequel la chanteuse aurait joué, a même fait les titres des journaux locaux, en dépit de la ressemblance fantaisiste entre l’actrice et la chanteuse. Les mauvaises langues (voire les intégristes religieux, selon des rumeurs) qui ont lancé le ragot, lui reprochaient d’avoir utilisé l’argent du tournage pour s’offrir l’hôtel Wassoulou, sur la route de l’aéroport de Bamako.

Malgré les épreuves de la vie, il faut être fort. Tel est le message d’ Oumou Sangaré à travers cette chanson.

  • tchatcho : crème éclairssisante

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *