Coupé-décalé, Douk Saga, 10 choses à savoir sur ce concept ivoirien

Né en Côte-d’Ivoire, le coupé-décalé est plus qu’une danse. Au-delà de son aspect musical, il modifie des comportements.

 

Le coupé-décalé est loin d’être has-been.

« Et coupé et décalé, coupé-décalé » ces paroles, ce sont celles de la chanteuse franco-ivoirienne Teeyah. Le coupé-décalé me fait immédiatement penser à cette chanson. Mais, aussi à Douk Saga. Il était l’un des précurseurs de ce mouvement, jusqu’à son tragique décès en 2006.

2003, c’est l’année où Douk Saga et sa bande d’amis de la Jet Set ivoirienne, sillonnent les boîtes de nuit de la banlieue parisienne pour présenter ce nouveau concept.

 

Le coupé-décalé en Côte d'Ivoire a été crée en 2003 par Douk Saga

Le coupé-décalé en Côte d’Ivoire. Crédit photo Crea8t/Iwaria

Littéralement, en nouchi (argot ivoirien) les mots  « « Couper », en parler populaire ivoirien, signifie « escroquer », et « décaler », prendre le large ».  Le coupé-décalé va à la fois inspirer et faire rêver de nombreux jeunes. Il s’inspire de nombreux styles musicaux africain dont la musique congolaise.

Frime, argent et boîtes de nuit s’associent à ce genre musical.

Après avoir assisté à la superbe conférence dansée « Le coupé-décalé est-il féministe ? » organisée par Africolor, j’ai trouvé légitime de lui laisser une place dans mon blog.

Cette conférence a retracé son histoire et ses fondamentaux.

10 choses à savoir sur le coupé-décalé :

 

  • Le coupé-décalé tire son essence de l’art de frimer.

 

  •  À son début, son but était d’arnaquer, d’escroquer et de disparaître de la circulation comme l’a si bien dit le journaliste Soro Solo.

 

  • Le langage nouchi, était principalement utilisé dans ce tempo, tels que le terme faro-faro ou l’art de faire son malin.

 

  • Douk Saga, philosophe du corps et de l’esprit propulsa le coupé-décalé à Paris et Abidjan.

 

  • Tout coupé-décaleur doit s’imprégner du prodada. C’est le fait de se produire, de s’afficher dans les espaces publics avec des vêtements de marque.

 

  • Le travaillement, c’est une façon d’obtenir une meilleure charité sur soi-même. Certains coupé-décaleurs lorsqu’ils faisaient des prestations scéniques dans les boîtes de nuit versaient des tonnes de billets à d’autres artistes.

 

  • « Au-dessous d’une montagne, il y a toujours un sommet ». Célèbre phrase de Douk Saga, elle laisse entendre qu’il faut toujours donner le meilleur de soi-même.

 

  • « Parmi les champions, il y a toujours un champion ». Autre célèbre phrase de Douk Saga, qui signifie que bien qu’on soit le numéro un, il faut toujours exceller. La vie est une compétition.

 

  • Le coupé-décaleur lorsqu’il anime, fait des atalakus ou des louanges aux personnes qu’ils estiment.  À l’instar des griots mandingues, en l’échange de ces louanges il reçoit de l’argent.

 

  • La Sape, S.A.P.E (Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes) est un code vestimentaire représenté dans le coupé-décalé. Ce type d’habillement indique la réussite et le pouvoir.

 

 

Pour en savoir plus : Le Swing identitaire du coupé-décalé 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *